calimera: (Young Albus Dumbledore (Harry Potter))
[personal profile] calimera
J'avais déjà eu l'occasion de faire ce meme, il y a environ trois ans maintenant. Comme je m'ennuyais un peu, j'ai décidé de fouiller un peu dans mon dossier de fanfictions et de renouveller un peu ce meme.

Conclusion : des nouveaux fandoms depuis, beaucoup plus de projets flemmards que la dernière fois, j'ai des fanfics que je n'ai plus touché depuis 2013 !!
En gros, j'ai du boulot qui m'attend (si j'arrive déjà à terminer l'écriture de trois projets flemmards, je serais contente)


Projets chanceux : Les projets qui ont le plus de chance d'aboutir :

Incompréhension, OS Kaamelott

"Allongé dans sa cabane dans les bois, Lancelot ruminait ses pensées. Il y a quelques heures à peine, il s'était disputé avec Arthur. Une nouvelle fois. Les disputes devenaient de plus en plus fréquentes depuis quelque temps. Lancelot s'en était rendu compte. Quelque chose s'était brisé en eux, et malgré le respect et l'attachement que Lancelot conservait toujours (en secret) pour son Roi, il savait que plus rien ne serait comme avant."

La Maladie d'Amour, OS Makai Ouji

"William was sick.
At least, that was he thought.
All the symptoms were here. Sometimes, his heart would beat faster than usual, his cheeks would feel hot and red. There were the insomnias too. Many nights William laid in his bed, unable to find sleep. Sometimes, he felt anxious too, not knowing the reason why.
William felt unstable, physically and emotionally.
When the symptoms seemed to last, William tried to remember which day he became aware of the symptoms, to determine how long they would last. It wouldn't be good if he were to be still sick when he would go to school. Because, really, how was he supposed to succeed in school and become Britain's youngest Prime Minister if something as small as a sickness slowed down his great intellectual capacities?"

Egyptian Nights, Fanfic Makai Ouji

"
When Barton and Kevin came back from their errant, they heard screams coming from the garden, which induced them to come closer to the area.
William was standing on Sitri's shoulders and Isaac on Dantalion's. The two boys were engaged in a fierce battle while their “mounts” either were encouraging them, or insulting each other. After a while, at last, Isaac and Dantalion ended up falling on the ground, and Sitri and William let out screams of joy.
“They get along so well,” Barton smiled. Kevin smiled as well, but the spirit wasn't there."



Projets flemmards : Les projets qui traînent en longueur depuis longtemps maintenant :

Le Prix de Consolation, TwoShot Aladdin et les 40 voleurs

"Cassim était rusé et intelligent. Et sans doute l'un des plus redoutables d'entre tous les voleurs. Il possédait, en plus de cela, un sang froid et une sagesse que n'avait pas son bras droit. Rien d'étonnant à ce qu'il soit devenu le Roi des Voleurs, et non Sa'luk.

Les autres voleurs étaient forts et redoutables, malgré cela Aladdin savait qu'il aurait pu avoir eu une chance d'échapper à leur surveillance, s'il n'y avait pas eu Cassim. Cassim était fin observateur et Aladdin pouvait souvent sentir le poids de son regard sur lui.
Il aurait été facile d'échapper à la vigilance des voleurs, cela l'aurait été moins concernant celle du Roi des Voleurs..."

L'Alouette, TwoShot Axis Powers Hetalia (Seconde partie)

"
Il se rendit soudain compte qu'il n'y avait que peu d'espace entre eux. Francis combla entre eux et se pencha sur Arthur, en effleurant ses lèvres sur les siennes. Le souffle d'Arthur se fit saccadé, puis Francis posa doucement ses lèvres sur celles de son compagnon, mais il ne chercha pas à l'entourer de ses bras, ni à l'attirer contre lui. Arthur compris qu'il lui laissait le choix de couper le baiser et de s'éloigner, mais il n'opposa aucune résistance. Il avait longtemps attendu ce baiser après tout.
C'est pourquoi Arthur se fit plus pressant auprès des lèvres de Francis, et y mit plus d'ardeurs.  Il l'attira contre lui et se mit à caresser ses cheveux longs de ses longs doigts fins. Il sentit Francis soupirer contre ses lèvres et lui-même ne put retenir un sourire. Enfin."

Les péripéties d'un oiseau d'Asgard, TwoShot Mythologie Nordique (Seconde partie)

"
Thor le fixa pendant de longues minutes, semblant éberlué et amusé à la fois, avant de demander d'un air suspicieux :
- ... ce ne serait pas la robe de Sif ?
- Bien-sûr que non, lui répondit Loki, me prendrais-tu pour un voleur ?
Thor s'abstint de toute réponse. Loki en profita pour lui remettre son voile qui cachait parfaitement son visage.
- Allons, viens à présent, nous devons nous rendre à Jotunheim et nous allons avoir besoin de l'aide de Heimdall pour cela.
- Très bien, soupira Thor.
Puis, il ajouta tout bas en marmonnant :
- Cela ne va pas être une partie de plaisir...
Loki n'avait pas l'air d'accord (et l’oiseau semblait partager l’avis du magicien), mais n'ajouta rien et se contenta d'amener Thor jusqu'au Brifröst."

Long Live the King, TwoShot Mythologie égyptienne


"Isis fixait le trône d’Osiris. Ou plutôt la personne postée sur le trône d’Osiris.
Ce n’était pas son mari. La silhouette était indéniablement masculine, mais elle n’appartenait pas à son mari. La silhouette, bien qu’assise et haute, était moins grande que celle d’Osiris, le teint de peau était plus sombre, les cheveux plus longs tombaient en cascade sur les épaules dénudées – à l’exception du large et luxueux collier – le sourire sur les lèvres était cruel et les yeux brillaient d’une lueur qu’Isis n’avait jamais vu chez Osiris.
C’était un étranger sur le trône d’Osiris, c’était un étranger qui était coiffé de la double couronne et habillé des parements du Pharaon."

The Saviour from Hell, OS / CrossOver Makai Ouji/Kuroshitsuji

"Sitri se remémora les brides de conversation qu'il avait perçu ces derniers jours. Les rumeurs sur ces prétendues messes noires ne l'avaient pas inquiété puisque Sitri n'y croyait pas. Peut-être étaient-elles encore pratiquées dans les provinces ou dans des endroits reculés, mais il avait été inconcevable d'imaginer que dans un pays aussi civilisé, les gens s'adonnaient encore à ce genre de pratiques barbares. Sitri ne doutait pas que Uriel, protecteur de l'Angleterre, ne soit au courant. Malgré sa terrifiante réputation, Uriel aurait fait tout ce qui était en son pouvoir pour abolir ces rituels inhumains en déployant toute sa fureur divine aux pratiquants de ces messes noires.
Sitri frissonna malgré lui, il n'avait eu qu'une occasion en plusieurs siècles d'assister à la fureur de l'Archange Uriel, mais celle-ci l'avait marqué même des siècles après."

A travers toi, OS Star Wars

"Une nouvelle vague dans la Force vint le titiller et Luke sut alors que c'était Dark Vador qui se trouvait là, avec eux. Il pouvait ressentir sa présence se rapprocher de plus en plus. Étrangement, cette pensée de savoir Vador si proche ne l'effrayait pas, ni ne semblait l’inquiéter, comme les fois précédentes. Il pouvait sentir plus nettement, plus clairement, la présence du seigneur Sith dans le Force, mais elle ne lui était pas si froide ou inquiétante qu'auparavant. Non. Elle avait quelque chose de familier.
Luke pouvait sentir une vague de puissance et d'adrénaline le submerger et sut qu'elle venait de Vador. Sa présence était toujours aussi sombre et froide, mais elle lui semblait plus calme, plus en contrôle. Elle lui semblait forte et puissante et Luke s'imagina sans peine Dark Vador se tenir fièrement sur le pont de l'Executor, et pendant un instant – juste un instant – Luke voulut savoir ce que cela faisait de se tenir auprès de son père."

Fascination, OS Gankutsuou: The Count of Monte Cristo

"Mais Albert comptait bien combattre les démons du Comte et il comptait bien vaincre. Le Comte était persuadé que la fin approchait, mais pourtant Albert sentait que tout n'était pas fini. Parce qu'il croit encore à une fin heureuse, parce qu'il croit pouvoir aider le Comte et ce, même lorsque son cœur saigne à la vue du Comte et de son père en train de s'affronter à mort."

Nuits d'hiver, OS / CrossOver Joyeux Noël/La Grande Illusion

"Et le jeune lieutenant raconta. Comme son français était un jeune lieutenant, tout comme lui, qu’il avait trouvé son portefeuille après un assaut dans sa tranchée, comme c’était comme ça que la conversation entre eux avait commencé, comme son français était d’abord hésitant, mais comme il était sensible, comme il cachait sa peur et ses inquiétudes face aux autres, comme il avait de l’humour aussi, et comme, comme, comme ils auraient souhaité s’être rencontrés dans d’autres circonstances. Comme il l’aimait bien, son français, et que ça avait été triste de le quitter et de ne pas savoir ce qu’il était devenu, de ne pas savoir s’il était encore en vie, mais comme il était aussi rassuré que ce ne soit plus lui l’ennemi en face de lui qu’il fallait abattre, et qu’il ne vivait pas dans la crainte d’avoir à l’abattre.
Il lui raconta aussi qu’il espérait survivre à la guerre, pour revoir sa jolie épouse française, sa chère maison, et que, peu importe l’issue de cette guerre et ceux qui la gagnent, qu’il attendrait que la situation se calme pour pouvoir aller en France, à Paris, boire un verre, rue Vavin, avec son Français. S’il avait survécu.
Ses yeux étaient des puits de souffrance et de lassitude qui le happaient et l’entraînaient dans sa chute. Il lui fallut toute sa volonté pour résister au pouvoir d’attraction de la douleur de ce jeune lieutenant, et de le laisser parler à sa guise."

La Mort Exquise, OS Van Helsing
"Il glissa un bras autour de sa taille et Van Helsing senti son corps à moitié dénudé rejoindre celui du vampire. Affaibli, il n'opposa aucune résistance et se laissa mener par Dracula, telle une marionnette de chair et de sang. Comme relié à des fils tenus par  le Comte, Van Helsing se laissa entraîner par la danse, suivant chaque mouvement que Dracula lui faisait faire. Intérieurement, il se maudissait d'être si faible et incapable d'opposer la moindre résistance, de subir cette moquerie en silence. Il lui devenait de plus en plus difficile alors que, drainé de son sang par Dracula,  il sentait l'obscurité peser sur lui.
Ils dansèrent mais c'était davantage une moquerie de danse intime. Dracula menait le jeu avec un sourire indescriptible, ses yeux froids ne quittant pas du regard sa proie, tandis que Van Helsing laissait échapper quelques grognements et faisaient quelques vaines tentatives avec ses bras pour le repousser.
“Ta transformation touche bientôt à sa fin, mon ami.” lui susurra Dracula d'une voix douce. “Lorsque tu te réveilleras, c'est une nouvelle danse que nous mènerons tous les deux... pour le meilleur, espérons.”"

Du Désordre aux Enfers, Fanfic Bible/Angel!verse de [livejournal.com profile] modocanis

"Uriel eut alors son visage des jours mauvais. Hamariel s'étonnait que les Archanges Michael et Raphaël ne l’ait pas déjà rendu fou. Hamariel voyait bien qu'Uriel ne trouvait plus ses coéquipiers têtus là où il avait l'habitude de les trouver. Uriel finissait toujours par trouver l'un ou l'autre au bout d'un moment, mais ces derniers temps, il semblait que le don d'Uriel était dépassé par ses collègues relativement souvent indisponibles. Cela ne plaisait pas à Uriel qui, aussi insupportables pouvaient-ils être, voulait garder à portée Michael et Raphaël, ses atouts majeurs. Comment les envoyer en mission quand les deux disparaissaient ? L'un pour échapper à ses responsabilités, l'autre parti taper du démon à l'autre bout de la Terre. Uriel avait parfois honte, il l'avouait, de penser à eux comme à des as qu'il sortait pour impressionner les divinités païennes lors des conférences, ou pour prouver aux autres anges et aux démons de l'efficacité du Paradis, certains avaient l'habitude de penser le contraire, mais hélas, c'était bien ce que Michael et Raphaël étaient : des as.
- HANIEL ! beugla Uriel, faisant sursauter le pauvre intercepté. Vous savez où se trouve votre entêté de supérieur ?
- Aucune idée, ça fait des jours qu'on ne l'a plus vu chez les Vertus. Il passe rarement nous voir, vous savez... On a l'habitude...
- Rah ! Il va me rendre FOU ! Lui et ce Michael de malheur !
- Si c'est pas déjà fait... marmonna Hamariel, dans sa barbe.
Malheureusement pour lui, il s'avérait qu'Uriel avait une très bonne ouïe, songea Haniel alors qu'il observait l'Archange se retourner violemment vers Hamariel qui parti presque en courant vers la sortie tant le regard de l'Archange était révélateur d'une humeur massacrante."

Enfants de Maraudeurs, OS Harry Potter

"Il se pencha sur le berceau pour constater que le bébé ne dormait pas et qu'il le regardait d'un air curieux. Il ne donnait pas de signe qu'il allait se mettre à pleurer ou à hurler, et Harry remercia le ciel pour cela. Il ne savait pas ce qu'il aurait fait dans pareille situation, il ne s'y connaissait pas trop en bébé, pour ne pas dire rien du tout.
Teddy le regardait d'un air curieux, de ses yeux ambres si semblables à ceux de son père, les quelques cheveux sur son crâne virant au bleu vif. Il tendit les bras vers le haut, comme pour réclamer les bras d'Harry.
Harry fut interloqué par un tel geste. Mais il n'objecta pas. De peur que le bébé ne se mette à pleurer ou à hurler à cause de son refus, Harry prit le couffin dans lequel était enveloppé son filleul et veilla à ne pas le serrer trop fort dans ses bras."



Projets dépassés : Les projets endormis/qui ont peu de chance de voir le jour :

Un plat qui se mange froid, TwoShot Axis Powers Hetalia

"Ils se disputaient encore en sortant de la chambre d’Arthur et pendant le chemin qui menait jusqu’à la salle de réception. Ce n’était pas une dispute violente où les coups de pieds ou de mains s’en mêlaient. D’une part parce qu’ils n’étaient pas suffisamment en colère pour cela et également parce que les deux nations n’avaient aucune envie d’abîmer leurs costumes, et puis leur dispute était plus une dispute « bon enfant », avec camaraderie où Arthur et Francis se lançaient plus des piques pour le forme et pour se taquiner que pour insulter et humilier l’autre. Ils avaient l’habitude de faire cela depuis des siècles, mais à l’époque, leurs petites disputes pouvaient déclencher des guerres."

Mienne, OS Gankutsuou: The Count of Monte Cristo

"Tout se passait exactement comme il le voulait, et bientôt, Alberta lui appartiendrait. Corps et âme.
Ses plans concernant la jeune vicomtesse n’avaient, pourtant, pas été les mêmes au départ. La fille était, après tout, la preuve vivante de la trahison de Fernand et Mercédès qui avaient respectivement été son meilleur ami et sa fiancée. Le plan du Comte envers elle était simple : elle devait souffrir, elle devait mourir. Elle et tous ces traîtres.
Alberta de Morcerf avait été l’instrument idéal pour sa vengeance. Elle était jeune et naïve, il avait été facile de la manipuler et lui faire faire ce qu’il voulait, facile de la faire entrer dans ses filets, facile de la faire s’attacher à lui. La fille faisait facilement confiance, même à de parfaits inconnus, elle n’avait pas une once de méfiance en elle."

Phénix, OS Sherlock Holmes (ACD!verse)

"Cela faisait dix minutes qu'il observait la porte de la chambre sans bouger, sans comprendre, sans penser. En ne faisant qu'attendre. Attendre encore et toujours. Son cœur battait à la chamade, de l'appréhension, de l'angoisse, de la peur, des doutes submergeant tout son être en priant le ciel que tout se passait bien. A l'intérieur de la chambre, il entendait le médecin s'affairer.
Et lui, il fixait la porte sans bouger, parce que de toute façon, il s'en sentait incapable.
Tout s'était passé si vite, Watson n'avait pas eu le temps de s'en rendre compte. Ou peut-être que la maladie était là depuis longtemps, où du moins les signes distincts, et que Watson, trop aveuglé dans son deuil pour son meilleur ami, n'avait pas remarqué.
Et Mary, la douce Mary, avait compris et l'avait laissé pleurer en silence lorsqu'elle s'était rendue compte que même le réconfort qu'elle lui apportait n'était pas suffisant."

L'étrange affaire de Monsieur Holmes, OS Sherlock Holmes (ACD!verse)

"Une partie de l'inspecteur G. Lestrade écoutait avec admiration, avec non sans une petite pointe de jalousie (avouons-le !), les explications données par Mr Sherlock Holmes, restant quelque peu béat face au prodigieux travail et succès qu'avait prodigué le remarquable esprit du jeune détective. Jamais il n'avait rencontré d'esprit aussi brillant que Holmes, aussi intelligent, cultivé et ma foi un excellent combattant : de nombreux criminels ayant eu la malchance de ne pas vouloir coopérer face à Holmes se souviendraient toujours des capacités de combat que Sherlock Holmes avait acquises grâce à la boxe et à l'escrime.
Oui, la nature avait doté Sherlock Holmes de nombreuses qualités et de dons inestimables. Malheureusement, cette dite-nature avait oublié de lui donner un tant soi peu de gentillesse et de patience dont le brillant détective semblait parfois manquer face aux inspecteurs de Scotland Yard.
Bien-sûr, Lestrade ainsi que ses collègues devaient beaucoup à Sherlock Holmes, combien de fois avait-il sauvé leur carrière ? Lestrade ne comptait plus, et puis de part, c'était quelque peu humiliant."
From:
Anonymous( )Anonymous This account has disabled anonymous posting.
OpenID( )OpenID You can comment on this post while signed in with an account from many other sites, once you have confirmed your email address. Sign in using OpenID.
User
Account name:
Password:
If you don't have an account you can create one now.
Subject:
HTML doesn't work in the subject.

Message:

 
Notice: This account is set to log the IP addresses of everyone who comments.
Links will be displayed as unclickable URLs to help prevent spam.

April 2017

S M T W T F S
      1
234 5678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Most Popular Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Sep. 22nd, 2017 12:44 am
Powered by Dreamwidth Studios